A+ A A-

La Châtaigneraie se lance dans la construction d’une école du voyage

 

Les communes de plus de 5 000 habitants sont dans l’obligation, selon la loi du 5 juillet 2 000, de proposer des emplacements pour accueillir les gens du voyage et bien évidemment des enfants qui doivent être scolarisés. Cependant, souvent par crainte d’exclusion ou simplement par culture, les parents n’envoient pas leurs enfants à l’école. Alors, c’est elle qui vient à eux comme cela se passe sur l’aire intercommunale Grand-Quevilly - Petit-Couronne gérée par la Métropole Rouen Normandie. Par convention, l’école catholique Saint-Léon de Rouen utilise une salle mise à disposition pour faire la classe tous les après-midis. « Avec des résultats. C’est un programme personnalisé, mais avant tout pour lire, écrire et compter au service des enfants et des familles afin d’éviter le décrochage scolaire. Les gens du voyage veulent que leurs enfants apprennent. Ce n’est pas une population oubliée. Elle a accès à l’école, mais cela peut progresser », présente Élodie Boinet enseignante spécialisée.

Deux ans d’investissement

« Avant d’apprendre, il faut devenir élève. C’est pour cela que le dispositif se nomme Classe Passer’ailes », complète Emmanuelle Barlier la directrice. La méthode fait ses preuves mais elle pourrait bénéficier bientôt d’un nouvel outil.

Selon un dispositif nommé DMSAS (Dispositif mobile spécifique d’accompagnement à la scolarisation) effectif entre autres dans la Manche et l’Orne avec l’enseignant Olivier Desheulles*, le campus La Châtaigneraie sous la direction de son directeur-adjoint Olivier Copin, envisage la construction d’une école sur roues qui pourrait servir aux enfants du voyage. La Châtaigneraie recherche d’ailleurs un camping-car, neuf ou d’occasion, de 4 m de long par 2 m de large avec un moteur diesel où pourraient être reçus entre six et huit élèves. Les élèves de l’établissement technique s’occuperont de la mécanique, de l’électricité et de la peinture tandis que ceux de la filière bois de l’Institution Lemonnier de Caen concevront la menuiserie intérieure. Prévu sur deux années scolaires avec une livraison souhaitée pour janvier 2018, ce projet dispose d’un budget prévisionnel est de 40 000 €. « L’achat se fera grâce à la mutualisation volontaire des établissements catholiques, des subventions et des actions spécifiques comme à l’école Saint-Dominique de Rouen avec l’opération Bol de Riz. Les élèves de la cantine ont offert la valeur de leur repas contre un bol de riz », explique la directrice. Olivier Copin attend, lui, la décision pour pouvoir acquérir le véhicule : « Des élèves cherchent sur internet. Je suis aussi en contact avec des revendeurs spécialisés. Mais, si des particuliers ont des propositions, ils peuvent contacter l’établissement ».

 

Pour tout renseignement : 02 32 86 53 00.

 

Source : Paris-Normandie